Quand la « reine de la pop chrétienne » suscite la polémique


Honorée récemment par le Kennedy Center pour sa contribution artistique, la musicienne Amy Grant, surnommée la « reine de la pop chrétienne » avant de sortir de ce créneau sans renier sa foi, s’attire les critiques de certains chrétiens évangéliques ces jours-ci. Que lui reprochent-ils ? D’avoir accepté d’accueillir sur sa ferme de Nashville le mariage de sa nièce lesbienne.

Dans une série de gazouillis publiés lundi, le pasteur Franklin Graham, fils de Billy Graham, a jugé bon de critiquer la décision de Grant. « Amy Grant a annoncé qu’elle et son mari Vince Gill allaient organiser un mariage homosexuel sur leur ferme pour sa nièce », a-t-il tweeté. « Oui, nous devons aimer Dieu et nous aimer les uns les autres. Mais si nous aimons Dieu, nous chercherons à obéir à sa Parole. Jésus nous a dit : “Si vous m’aimez, gardez mes commandements” (Jean 14:15). C’est Dieu qui définit ce qui est péché, pas nous ; et Sa Parole est claire : l’homosexualité est un péché. »

Je n’ai pas lu tous les commentaire publiés à la suite des tweets du pasteur, mais j’ai apprécié comment plusieurs personnes l’ont envoyé paître poliment.

Avant d’être honorée au Kennedy Center, Grant a été accueillie à la Maison-Blanche aux côtés des autres artistes dont les carrières ont été saluées cette année – la chanteuse Gladys Knight, la compositrice Tania León, l’acteur George Clooney et les membres du groupe U2.

(Photo Getty Images)




We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply

Shopping cart