Un ex-responsable des questions d’éthique à la Maison-Blanche a-t-il tenté de suborner un témoin ?


Stefan Passantino, ex-responsable des questions d’éthique à la Maison-Blanche sous Donald Trump, a pris un congé sans solde du cabinet juridique qui l’emploie après des allégations selon lesquelles il aurait conseillé à une ancienne employée de la Maison-Blanche de ne pas dire toute la vérité lors de ses interviews devant la commission du 6-Janvier. Le rôle de Passantino auprès de Cassidy Hutchinson refait surface après la publication d’une partie des transcriptions des interviews réalisées par la Commission.

« Ils veulent qu’il y ait quelque chose. Ils ne savent pas qu’il y a quelque chose. Nous n’allons rien leur donner », aurait déclaré Passantino en tentant de convaincre l’ancienne collaboratrice de Mark Meadows, chef de cabinet de la Maison-Blanche, de ne pas révéler ce qu’elle savait de l’altercation entre Donald Trump et un des agents des services secrets après son discours du 6 janvier 2021. Trump s’en était pris physiquement à l’agent dans sa limousine pour tenter de l’empêcher de retourner à la Maison-Blanche plutôt que de lui permettre de se rendre au Capitole avec ses partisans enragés.

Selon les témoignages de Hutchinson des 14 et 15 septembre derniers, Passantino lui a également offert des occasions d’emplois bien rémunérés en retour de son silence sur des questions clés. « Nous voulons juste nous concentrer sur la protection du président », lui aurait-il dit. « Ils savent que tu êtes loyale. Ils veulent prendre soin de toi… Ils ont de bonnes opportunités pour toi. »

Passantino représentait alors Hutchinson comme avocat à l’oeil. Or, craignant d’être accusée d’outrage au Congrès, Hutchinson a choisi de larguer Passantino et de fournir sa version des faits devant la commission du 6-Janvier lors d’une audition retentissante l’été dernier. Elle a également déclaré à la Commission que Meadows lui avait dit le 2 janvier 2021 que Trump savait qu’il avait perdu l’élection présidentielle de 2021 mais qu’il tentait quand même de renverser les résultats.

On connaît déjà les crimes dont la commission du 6-Janvier a accusé Trump. Ne devrait-elle pas ajouter le crime de subornation de témoin à l’encontre de celui, qui il n’y a pas si longtemps, devait s’assurer que les règles d’éthique soient respectées à la Maison-Blanche ?

(Photos CNN)


We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply

Shopping cart