La citation du jour | Le blogue de Richard Hétu


« Je suis intéressé de voir s’il arrive à passer l’année. John Boehner a eu un peu de marge de manœuvre à quelques reprises pour travailler avec les démocrates afin de faire avancer certaines choses, car c’était le seul moyen de les faire passer avant qu’il ne soit forcé à la démission. Je ne pense pas que Kevin aura une quelconque marge de manoeuvre. La première fois qu’il aura besoin des votes des démocrates pour faire passer quelque chose, ce sera la dernière semaine de son séjour à la présidence de la Chambre. Je pense qu’il sera intéressant de voir s’il survit à l’année. »

Tim Miller, ancien porte-parole du Comité national républicain, comparant la situation dans laquelle se trouve aujourd’hui le nouveau président de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, avec celle de John Boehner, l’avant-dernier républicain à avoir occupé ce poste, dont il a démission en 2015 avant la tenue d’un vote de non-confiance organisé par les membres radicaux du Freedom Caucus.

P.S. : McCarthy a été élu au 15e scrutin après avoir vu l’élection lui échapper par un seul vote, celui du représentant républicain de Floride Matt Gaetz, lors du tour précédent, commencé à 22 h après un ajournement de plusieurs heures. À la suite du 14e scrutin, le représentant républicain d’Alabama Mike Rogers, prochain président de la commission des Forces armées, a dû être retenu par un collègue au moment où il s’approchait de Gaetz. Lors du 15e scrutin, après un entretien téléphonique avec Donald Trump, Gaetz a voté « présent », comme cinq autres frondeurs, ouvrant la voie à l’élection de McCarthy, qui avait rallié 15 représentants récalcitrants à sa cause lors du 13e scrutin. McCarthy a été élu avec 216 voix, le même nombre que Nancy Pelosi le 3 janvier 2021.

P.P.S. : « En tant que président de la Chambre, ma responsabilité ultime n’est pas envers mon parti », déclaré McCarthy dans un discours prononcé après 1 h du matin dans l’hémicycle de la Chambre. « Notre responsabilité est envers notre pays. » Son premier défi restera quand de faire adopter lundi les règles qui régiront le fonctionnement de la Chambre au cours des deux premières années et qui contiennent plusieurs des concessions (mais pas toutes, semble-t-il) qu’il a accordées aux frondeurs pour les convaincre de voter pour lui. L’adoption des règles pourrait donner lieu au prochain psychodrame de Washington…

(Photos Reuters et AP)


We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply

Shopping cart